Je pensais...

Publié le par Louloute

 

colere.JPGJe pensais à tous ces gens, qu'on aime et qui sont partis. Et puis je pensais à tous ces gens, qu'on aime et qui sont là. Je pensais à tous ces mots qui restent coincés, à tout cet amour qu'on n'arrive pas à dire.  Je pensais que parfois on arrive mieux à trouver les mots qui font mal, à trouver les mots qui blessent, à ceux qu'on va hurler quand on en a lourd sur le cœur.

Je pensais à toute cette énergie, qu'on passe à trouver comment être mieux qu'un autre, plus fort, plus réussi, plus abouti. Je pensais à tous ces gens, qui n'ont que pour but d'engranger encore et toujours. Je pensais que si on en consacrait même la moitié à se faire du bien, à se dire qu'on s'aime, on aurait avancé un peu.

Aujourd'hui j'avais une discussion insensée, sur les injustices de ce monde. On a fini par me dire que la réalité était ainsi et que je n'allais pas la changer. J'ai répondu qu'elle était bien triste cette réalité et que moi j'avais envie de croire que si, on pouvait changer les choses. J'ai eu sur moi des regards condescendants, face à ma réponse de petite fille. Pourquoi ? Personne ne trouve ça triste ? Ca ne remue les tripes de personne tout ça ?

Mais avant de prendre mon bâton de révolutionnaire, je pensais d'abord à une toute petite échelle. Je pensais à cet amour qui me brûle parfois, envers mon entourage. Je pensais que j'aurai aimé en faire plus, en dire plus, en crier plus sur les toits.

Je pensais qu'on le cachait pas mal cet amour, qu'on le réservait parfois à une seule personne. C'est déjà bien, remarquez, une personne. Certains n'en ont peut-être même pas une. Mais pourquoi réserver les mots, les gestes, les déclarations immenses et les surprises ? Pourquoi ai-je l'éternel sentiment d'en faire toujours trop ? Suis-je la seule que cet  amour inonde ? Ce trop plein d'amour, pour ma famille, pour mes amis, que je pose en pensée par lettre, et que je n'écris jamais, par peur du ridicule ou à cause de carcans sociaux idiots, suis-je si naïve de le sentir ?

Certains en ont d'ailleurs maaaaaarre de Louloute et de son amour débordant ! Ras le bol de ses messages, de ses icônes roses, de sa vision de licorne sniffant des paillettes, ras le bol de ses textos à 8 heures du mat sous prétexte qu'un rayon de soleil à la con est venu frapper la vitre de son bus et qu'elle pense à nous. Ras le bol d'ailleurs de ce blog rose, de bisounours qui dégouline.

Il paraît qu'il faut danser, danser cette valse de glace. S'observer, se tâter, se mesurer et prudemment échanger quelques mots. Pourquoi ? Répéter chaque jour à quelqu'un qu'on l'aime, est-ce donner moins d'importance à ces termes ?

Je pensais qu'une fois encore, je m'endormirai avec le sentiment d'être bénie par la vie et je n'enverrai qu'en pensée à mon tour tout cet amour à ceux qui m'accompagnent.

Publié dans Amour

Commenter cet article

Romans gratuits 01/05/2013 11:44


Vous avez une bien belle plume!

venus 14/02/2011 16:34



Bonjour,


très joli, magnifique, j'adore...merci



Louloute 24/03/2011 15:00



Merci Venus !



Sarah 30/01/2011 20:39



Bah moi le rose de ton blog j'ai rien contre, les textos péchus le matin qui me filent le sourire bah jles aime bien, quant au reste, c'est pas parce que tu reçois des regards con(descendants) de
la part de tes con(génères) [décidément] que tu dois te taire. Je crois que, plus que l'absence d'envie de dire l'amour, on manque bêtement parfois de mots et de moyens pour le faire... toujours
peur de se sentir con, que ce soit pas réciproque, pas partagé, pas équilibré,... mais contrainte et forcée par tes soins pendant quelques années, j'ai appris, un peu.. et c'est vrai que ça fait
du bien... alors n'abandonne pas, continue à donner du love autour de toi, à t'indigner face à l'injustice, parce que c'est le bisounours qui est en toi qu'on kiffe! Bisous mon patapon



Louloute 01/02/2011 22:06



C'est vrai que cet amouuuur immense et totaaaal que tu subis depuis des années, tu ne l'a jamais rejeté et dieu sait qu'il était étouffant au début (moi
jalouse?)


Je suis assez d'accord sur la partie à propos des autres : ce n'est pas parce que les autres pensent que tu dois te taire.. que tu dois te taire !


Finalement, roulez à contre-sens, ça a toujours été un peu mon credo non ?



berangere 25/01/2011 20:57



J'aime beaucoup, j'aurais pu et j'aurais aimé écrire ce texte, tellement je ressens tout çà aussi parfois, ce
débordement d'amour ... C'est étrange, on a moins de mal à dire la haine que l'amour ... Merci pour tes mots !



Louloute 01/02/2011 22:07



Merci Bérangère ! Je me sens moins seule dans ma guimauve en tout cas :)


Et c'est étrange un peu, cette incapacité à dire l'amour.. alors que la haine, merci, ça va !


Est-ce plus intime ? Plus soi, que l'on exprime ? Il est dommage en tout cas que le rapport s'écrive ainsi!