Avoir la Force

Publié le par Louloute

Rassurez-vous, ce n'est pas un article sur les Jedis, même si j'ai conscience d'avoir largement augmenté mon taux de geekitude depuis que je suis avec un geek pur et dur ! Si si, moi j'estime qu'au troisième marché médiéval, tu passes un cap, une sorte de hors classe, un high level quoi...


foule.jpgNon, c'est plutôt qu'en ce moment, l'ambiance tourne de manière répétée autour du monde pro. Avant tu stresses parce que tu cherches un boulot, pendant tu stresses parce que tu veux garder ton boulot et après tu stresses parce que tu commences un nouveau boulot. Bref, t'as jamais fini de te prendre la tête.

Mais ce qui me frappe, c'est quand même la difficulté que nous avons, certains de mes amis à moi, à rester stoïques devant le comportement des entreprises.

Issus d'écoles de comique, autant vous dire qu'on nous avait prévenu : les loulous, dehors c'est la jungle.

Ouais. La taille des tigres et la longueurs de leurs dents n'avaient pas du être bien précisés alors !

Non parce qu'on n'a pas avancé de dix pas qu'on a déjà les bras couverts de griffes et que nos machettes se sont cassées.

 

Alors la question qui se pose c'est... sommes-nous réellement faits pour ça ?

Peut-on se définir en dehors du système de l'entreprise privée, telle que nous l'idolâtrons depuis des années (et encore, moi je suis de gauche).

D'accord, on peut aller vendre des chèvres dans le Larzac, mais partez du principe qu'on a payé pour ça, qu'on l'a voulu, qu'on s'est battu et qu'on l'a eue cette formation ! Le truc bien ça serait de pouvoir en vivre non ?


Je vous avoue que ça m'ennuie de me plaindre alors que je vous ai rabattu les oreilles au début de l'année avec mon chômage mais heu.. sans blague là, vous nous avez pris pour des citrons ? Est-ce notre jeunesse qui pousse les patrons à nous pressuriser encore et encore, pour extraire le moindre jus de motivation qu'il peut nous rester ? Pourquoi nous humilier, nous rabaisser, nous recadrer, nous former et nous déformer à longueurs de journées ? C'est un rite de passage, c'est ça ? Genre tu as ton joli diplôme en main... mais mais mais, tu vas te faire quelques années de galère, bizut, histoire que le jour où tu seras en haut, tu marches à ton tour sur la tête des petits nouveaux, en souvenir du bon vieux temps quoi.

C'est quoi cette merde dont on nous couvre ?

L'humain on s'est assis dessus en fait ?

 

Ouais je sais ouais, on dirait que je débarque d'un monde où on coiffe des poneys en glissant sur des arcs-en-ciel. N'empêche que tous les matins, tu dois te tirer de ton lit, te sortir les doigts du cul (pardonnez l'expression mais plus imagée, tu meurs, j'adore!) et y aller, à ton petit job merdique où tu gagnes une misère à peine bonne à couvrir tes factures.

C'est quoi le secret pour garder la Foi, pour avoir La Force ?

Moi je me bats, tout le temps, à chaque instant, contre mon moi profond, qui reste comme deux ronds de flan devant tant d'absurdité. Il est là, le cul posé sur un canapé, en train de se dire "naaaan, mais c'est du délire là, vous voulez que moi je rentre dans ce système ?"

Mais comme il faut bien bouffer, ben les doigts, je me les tire et j'avance, un pied devant l'autre, un peu plus chaque jour.

 

C'est hard. C'est exténuant.

 

Sommes-nous tous ainsi ?

J'ai l'impression que d'autres ont été taillés dans une matière plus flexible, plus résistante, tels des imperméables capables de supporter intempéries et bourrasques. Qu'ils sont nés avec ce petit air satisfait, cette cravate au vent et l'attaché case dans l'autre.

La révolte des cadres c'est pas pour demain, vu la capacité formidable que nous développons pour nous auto-censurer et auto-étouffer.

Tu mouftes ? Oulàààà, t'es peut-être pas assez performant/pertinent/exigeant/motivant ! On va réfléchir à ton avenir mon ptit. En attendant, t'iras bien nous chercher un café ?

Publié dans vie pro

Commenter cet article

canard 25/09/2010 22:02



Hello, je dois te dire que je suis on ne peut plus d'accord avec toi et je ne suis pas la seule. Nombreuses sont les personnes qui sont decues apres l'ecole.


On nous avait promis la lune et qu'est ce que l'on a: objecifs, stress et un salaire qui si on le reduit au taux horaire s'avere parfois etre largement inferieur au SMIC.


Elle est bien finie l'epoque des cols blancs et d'autant plus depuis la crise qui loin d'etre fictionnelle s'en est, comme toujours, pris au plus faible: les jeunes ou les personnes issues de
milieux moins favorisees!


Voila, je voulais partager mes sentiments apres un premier job honteux et une periode galere-chomage. Je dois dire que maintenant, j'ai la chance de vivre dans un pays ou ce probleme est moindre
et ou la qualite de vie est me semble t'il meilleure qu'a Paris. En esperant que les choses ne changeront pas trop...


En tout cas, tres bonne idee l'article, je pense qu'il parle d'un vrai malaise que ressentent beaucoup de jeunes aujourd'hui.


Bisous



Louloute 29/09/2010 11:26



Hello le canard,


Merci pour ton regard, il est vrai, on ne peut plus "vécu".


Ce que je me demande c'est si nous nous sommes fait de fausses illusions en faisant notre école ou si l'école elle-même véhicule des images et des valeurs en
inadéquation total avec le monde pro réel !


Après, comme tu le vis à présent, il existe des pays où ce rapport au chômage est différent, et où il est possible de ne pas avoir cette relation sans cesse
angoissée et honteuse face à la position sociale.


C'est peut-être eux qui sont dans le vrai !



Anne-Laure 18/09/2010 09:39



Je flippe aussi devant l'absurdité de ce monde professionnel qui tourne narcissiquement sur lui-même à en perdre la tête et à en oublier où il va : on en vient même à se demander si on ne va pas
nous reprocher à un moment donné d'avoir de l'ambition, comme si ce mot était devenu un gros mot. On peut vouloir s'en sortir et gagner honnêtement sa vie, sans enfoncer le voisin et être
assimilé à un requin.
Te dire que je suis dégoutée est un bien grand mot car j'ai la force de retrouver l'espoir, peut-être que les factures et les impôts m'aident aussi à trouver de la motivation, mais malgré tout,
j'ai l'impression de payer sans savoir quoi ni pourquoi. Arf......



Louloute 29/09/2010 11:29



Finalement ça me fait toujours me poser la question de faut-il "travailler pour vivre" ou "vivre pour travailler" ?


Nous avons fait en sorte, toi, moi et des centaines d'autres chaque année, d'aller normalement travailler tous les matins pour quelque chose que l'on aime et pas
seulement pour payer les factures.


Mais après des années "d'écrasement", effectivement, on lorgne doucement sur le monde des fonctionnaires, sans ambition mais sans stress (je fais un peu du cliché
là).


Ou alors nous ne sommes pas encore assez requins, assez détachés, assez filous pour tirer notre épingle du jeu !


Pas gagné gagné...