Impuretés

Publié le par Elsa

Je viens de finir Impuretés, de Philippe Djian. Vous connaissez forcément cet auteur, il a écrit, entre autres bien sur, 37°2 le matin. Donc Impuretés raconte la vie d'un quartier, riche, résidentiel et où les adolescents de ces familles vivent de façon plutot mouvementée. L'action tourne autour d'Evy, dont la soeur Lisa a été retrouvée morte dans le lac. Evy est-il le coupable ? Mais ce drame n'est qu'un pretexte à la lente déchéance qui va s'emparer d'Evy et de ses amis. Drogués jusqu'au yeux, fascinés par le sexe et prêts à tout pour s'opposer à leurs parents, Philippe Djian nous narre ici la jeunesse américaine riche dans tout ce qu'elle a de torturé et de perdue. On se rend vite compte tout au long de la lecture que les chiens ne font pas des chats, et que sans les rendre responsables, les adultes ne valent pas mieux que leurs progéniture. Le père d'Evy est un ancien camé qui n'exerce plus son talent d'écrivain que pour des sitcoms et sa mère tente par tous les moyens de relancer sa carrière d'actrice.

Complétement "paumés" dans les rapports qu'ils entretiennent les uns avec les autres, on constate vite que rien ne peux changer l'état d'esprit de cette jeunesse dorée, qui loin des problèmes matériels, trouvent d'autres échappatoires pour donner un sens à leur vies. Les adultes eux mêmes enchainent rails de coke, coktails et partouze pour egayer leur morne quotidien.

Je reconnais encore et toujours le talent de Philippe Djian pour son style sans fioritures et son art d'instaurer une atmosphère bien spécifique. Mais je ne peux nier qu'un tel livre touche encore mon innocence et m'horrifie. Comment peut-on à 14 ans avoir une telle vision du monde ? Qui de la société ou des parents est responsable de cette déchéance ? Quelle survie pour ces jeunes ?

Une belle critique des USA et du rêve américain où argent signifie bonheur.

 

Publié dans Culture

Commenter cet article