Une partie de toi

Publié le par Elsa

Je m'en fiche qu'il fasse beau, de toute façon il fait froid. Je m'en fiche de devoir sortir dehors, pour respirer. Et si j'ai envie d'y passer ma vie dans ce sous sol, hein? Au contraire, j'ai envie de m'abrutir devant cet écran, de ne penser à rien, le cerveau vide comme une grosse bulle..

Je ne veux pas penser à ce qui s'est passé, ni à ce que je ressens. J'ai eu peur, si peur, comme un cauchemard au milieu de la nuit. Tu sais, ces sommeils qui n'en sont pas, où tu luttes, contre quoi.. je ne sais pas, mais tu luttes. Et moi cette nuit, c'était ça. Je rêvais d'une réserve, je rêvais de chiffres, de stylet coupant du papier... Tu m'as sortie de là sans sommation. Je ne veux plus repenser à ce qu'on s'est dit, à ce qu'on s'est crié... Je ne t'ai pas reconnu, je n'ai pas compris quelle douleur t'animait. Et finalement, ce qui me fait le plus peur, c'est que je ne comprend toujours pas.

On croit connaitre les gens, on croit tout savoir d'eux et pouvoir les décrire en trois mots. Et finalement un jour, c'est comme une douche froide. On est trompé... on s'est trompé... soi meme. Mais tant mieux, dans un sens, ne jamais se reposer sur ses acquis dans ce domain, c'est connu. Et là j'ai peur, encore plus peur, parce que je sais que je ne comprendrai jamais mais surtout que je n'accepterai jamais. Alors que faire ? Je sais que j'ai souvent peur, mais là c'est une peur panique, une peur qui ronge... comme un acide qui liquéfie les entrailles..

Je vais réfléchir à tout ça donc, je vais dormir la dessus. Il faut que je range ma tête, que je fasse des petits cartons, avec des enveloppes dessus. Il parait que la mémoire ne garde souvenir que des traumatismes passés et du regret pour les joies envolées.. C gai la mémoire...

Publié dans Amour

Commenter cet article