Les garçons se cachent-ils pour pleurer ?

Publié le par Louloute

Nous les femmes, nous le charme, nous les larmes...
Notre sexe est-il prédestiné aux pleurs et autres rigoles qui glissent le long de nos joues? Nous pleurons de joie, de tristesse, de fatigue, de haine. Souvent signe de faiblesse, certaines tentent de combattre ces larmes, trop faciles, trop rapides, trop présentes. Nous rêvons parfois de colères froides, celles que les hommes semblent si bien connaitre. Quand pleurent-ils ? Rarement, jamais, occasionnallement?
Et nous ? Toujours, le jour, la nuit...
Nous pleurons pour le départ de ceux qu'on aime, pour l'arrivée de ceux que l'on va aimer, pour des héros de fiction qui nous émeuvent, pour une chanson nous ressemble, pour deux personnes se trouvent, pour deux personnes se déchirent. Nous pleurons sans cesse, comme si notre carapace était plus fine, plus facile à briser.
Et les hommes ? Pourquoi ne pleurent-ils pas ? Qu'ont-ils à prouver que nous n'avons pas ? Comment sont-ils tristes ? Pourquoi cachent-ils toujours leurs sentiments au plus profond d'eux ? Faut-il leur briser le coeur pour escompter quelques larmes volées ? Et même dans ce cas, ne font-ils pas toujours les forts, les virils, les blasés ?
Que leur a-t-on confiés petits pour qu'ils semblent si bien maitriser leur émotion ? Ils semblent connaitre une recette secrète, un plan de secours qui leur permet de froncer les sourcils, de serrer les poings, de crier bien fort sans jamais laisser les grandes eaux déborder...
 
Ou bien les garçons se cachent pour pleurer... le soir, dans le silence de la nuit, masquant le bruit par un oreiller... Cette fierté toujours revendiquée, comme un signe de force.
Et si pour une fois on échangeait les rôles, si pour une fois on se parlait de vous ? Laisser tomber le masque, juste une fois, laisser fondre la glace. Ne sommes-nous pas capables de vous protéger nous aussi, de vous consoler, de vous porter, de vous guider ? Discrètement, sans en avoir l'air, nous le faisons au quotidien. Mais il est épuisant de guetter et de quêter sans cesse chez vous des indices d'humanité. Il est injuste de se sentir toujours plus faibles à cause de ces stupides larmes. Ne vous sentez pas toujours obligés de faire semblant, de faire comme si, d'être des piliers inamovibles...

Publié dans Amour

Commenter cet article

Manior 13/11/2008 14:23

Je ne pense pas que les hommes qui pleurent se cachent pour le faire.Je pense que beaucoup d'hommes ne tiennent pas à laisser libre cours à cette part irrationnelle d'eux-même...Les larmes sont considérées comme l'extériorisation visible d'une vague émotionnelle interne (qu'elle soit joyeuse ou triste), et un homme est généralement plus cartésien et ne voit aucune utilité à ces larmes...(Je dis 'les hommes' mais j'en suis un, seulement j'évite de faire des généralisations à partir de mon cas!!!)

Louloute 23/11/2008 17:11



Utilité ?


Oui mais nous les femmes (enfin les femmes qui pleurent) semblons dépasser par cette émotion que les hommes semblent bcp mieux gérer ! Justement comment font-ils
pour etre aussi cartesien face à ce sentiment ?



BanZZai 12/11/2008 06:12

Oue en effet je crois pas que ca soit attractif de chialer, pour une fille ou un mec, du reste. Evidemment y'en a qui vont commencer par se dire que c'est bien de ne pas cacher ses emotions, mais je ne crois pas que ca soit quelque chose qui joue tant que ca sur la longueur, apres tout ce qu'une fille se dit quand elle voit un mec qui ne les cache pas, c'est surtout qu'il ne va pas cacher ses sentiments pour elle. Le simple fait qu'il pleure en public, je crois pas que ca attire foncierement grand monde... Non, les sentiments negatifs, les gens preferent qu'on les garde pour soi et qu'on se demmerde tout seul, non ?Moi je dis uniquement parce que je prends mon cas pour une generalite, hein... Mais qui ne le fait pas, vraiment. L'important quand on prend son cas pour une generalite, c'est pas qu'on pense que c'est pareil pour les autres, c'est surtout qu'on n'a pas envie de savoir que ca se passe mieux pour eux lol.

Louloute 23/11/2008 17:09


L'important c'est d'être en cohérence avec ses sentiments et tant pis si ça ne leur convient pas !


Omar 11/11/2008 19:12

Je doute fort que quelqu'un puisse te donner une réponse satisfaisante...ainsi est faite la vie. "Il importe peu qu'un homme pleure et flanche le jour où la vie lui casse la figure. Ce qui importe, c'est ce que cet homme fait le lendemain". Agnès Guitard

Louloute 11/11/2008 19:43


Merci Omar pour cette citation qui en effet nous indique que ce n'est pas tant de tomber qui importe mais de se relever !


Art Vandelay 11/11/2008 18:57

Je ne pense pas pouvoir t'aider sur ce coup. En effet, je pleure et je ne m'en cache pas...Par contre, je connais des femmes qui ne pleurent plus à cause de leur vie qui les a endurcies...

Louloute 11/11/2008 19:42


Ca me rassure de voir qu'il y a des hommes qui pleurent !!
Oui en effet, moi aussi je connais des gens qui ne semblent plus pouvoir pleurer.. mais bizarrement ce sont des hommes... la vie nous endurcit-elle à ce point ? C'est terrible...


fred de roux 11/11/2008 10:56

Louloute, vous vous trompez, les hommes pleurent davantage que vous ne l'imaginez. Ils ont seulement des larmes plus discrètes, un peu comme les oiseaux se cachent pour mourir.Les hommes pleurent dans le silence le plus total, sans cris. Leur chagrin n'est démonstratifs qu'en présence de la confiance. Quand on aime, en effet, on peut tout montrer dont une faiblesse inhérente à sa nature sensible.Autre chose également : Le mythe de la larme féminine aurait intérêt à disparaîte car il est franchement obsolète. Il appartient en effet au culte de l'apparence car notre société n'est que cela : superficielle. Donc, c'est bien d'un poncif qu'il s'agit. Alors les hommes, à cause de cette stupidité entretenue par les femmes (Sois un homme mon fils ! Un homme ne pleure pas) trop souvent, pleurent dans l'ombre.

Louloute 11/11/2008 20:59


En effet, un peu comme les oiseaux qui se cachent pour mourir !
Sommes nous nous les mères (ou futures mères) responsables aussi de tout ça avec l'éducation "virile" donnée à nos fils ?