Jugement premier

Publié le par Louloute

undefinedJe suis absolument nulle pour ce qui est de juger les gens. Ou plutôt ma première impression n’est jamais la bonne ! Il y a des gens qui vous disent qu’ils sont capables de juger les autres dès le premier regard. Bon, c’est certain, ils doivent se planter au moins une fois sur deux. Mais moi… je n’ai aucun don en la matière.
Ca vient peut-être de mon côté bisounours. Je rencontre quelqu’un et la plupart du temps je le trouve sympa. Enfin sauf les gens vraiment détestables et qui semblent tout faire pour le prouver dès le début, mais même à ceux là, j’ai tendance à leur accorder le bénéfice du doute, si jamais je me plantais justement !
Donc je rencontre quelqu’un, je le trouve sympa. Si c’est un mec, je le trouve souvent beau (mais beau à sa manière, et puis j’ai des goûts bizarres mais c’est un autre débat). Le pire c’est lorsque je n’ai pas un contact direct avec la personne. Genre on vous présente le pote d’un pote d’un pote et vous n’avez pas l’occasion de discuter avec tout de suite. C’est là que je commence à rester sur ma première impression, à savoir « ce type ou cette fille est sympa ». Comme ma mère ne m’a pas fait mes tartines et que j’ai développé un manque de confiance en moi et que du coup le regard des autres pèse sur moi, je vais essayer de faire en sorte de plaire à cette personne. Mec ou fille, qu’importe, je suis tarée de manière globale ! Comme là aussi je ne suis pas (trop) psycho rigide, j'ai tendance même à me trouver des points communs avec cette personne, ou dans le cas contraire à vouloir apprendre des choses de cette personne. Et c’est là que je commet l’erreur fatale et pourtant répétée, à savoir que je m’attache à cette personne…
Alors je raconte des conneries, je pose des questions, bref, toute rencontre semble bonne à prendre… Et puis voilà, les choses se gâtent. Ca peut prendre cinq minutes. L’exemple type c’est le beau mec qui ouvre la bouche et là vous vous rendez compte que non, ça va juste pas être possible, même morte de faim par un soir d’hiver. Il est beaucoup moins beau d’ailleurs, mais surtout, quel boulet ! Ou cela peut prendre des années, des amitiés qu’on pensait solides ou simplement des gens qu’on pensait connaître et un jour je finis par me dire « non mais attend là, comment ai-je pu me fourvoyer à ce point ? ». Résultat des courses : je suis toujours déçue dans ce genre de situation, je me dis que je m’attache bien trop aux autres et finalement je suis la seule à souffrir.
Tout ça pour relativiser les propos suivants : mon nouveau coloc a débarqué et depuis deux jours on se raconte des tonnes de conneries jusqu’à deux heures et demi du mat et je pense que ça vraiment être sympa de vivre ensemble ! Ca fait plaisir d’avoir quelqu’un à domicile, un peu de chaleur humaine !

Publié dans Colocation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laura 10/01/2008 21:05

Ca peut arriver à tout le monde de se tromper sur quelqu'un (même sur quelques-uns), ce n'est pas forcément un problème de tartines ;) J'espère pour toi que cette fois ce ne sera pas le cas !

Louloute 14/01/2008 14:21

Effectivement, je surestime p-e le pouvoir et l'influence des tartines ! lolEspérons en effet que je ne me fourvoie pas cette fois ! :)

elodie 09/01/2008 21:13

bonnes soirées entre colloc alors^^

Louloute 14/01/2008 14:22

Merki

tirui 09/01/2008 14:26

c'est toujours mieux que si au bout de 5 minutes tu t'étais dite : "oh putain le boulet, mon nouveau coloc" :-D

Louloute 14/01/2008 14:22

Oui effectivement, là ça partirait mal !