A la longue

Publié le par Louloute

303086383-79faf4df1e-o.jpgLe dimanche il faudrait m'empêcher d'écrire, il faudrait m'enlever ce clavier auquel mes doigts sont collés. J'aimerais pas crever un dimanche. Le dimanche soir est toujours source d'angoisse, beaucoup moins depuis le boulot puisque la routine rassure. Aujourd'hui j'ai le passé qui me colle à la peau. Il est sous chacun de mes pas, il se loge dans mon cou, il est emmelé dans mes cheveux. Il a commencé à me suivre cette nuit. Je n'en reviens pas de rêvé encore et toujours de lui, après presque 10 ans, il faudrait passer à autre chose non ? Je nourris un sentiment de culpabilité, j'aimerais savoir ce qu'il devient, lui et les autres d'ailleurs. Est-ce pour prouver aux autres ce que j'ai "réussi" ? C'est plus torturé que ça je crois. J'aimerais l'effacer de mes souvenirs comme pour effacer les années auxquelles il appartient. J'aimerais tirer un gros trait violet sur tout ça, j'aimerai faire sauter l'édifice, marcher sur les ruines.
J'aime croire que je vais mieux qu'avant, que je progresse. Pourtant quand je repars dans ces années, je me demande comment je ne me suis pas tranché les veines.
Le Dr CP dit qu'il faut sortir du schéma. Elle me fait rire elle ! D'ailleurs c'est vrai, elle est assez comique, elle a des expressions qui me font mourir de rire. Elle fait peut-être ça quand elle en a marre de me voir pleurer. Je ne comprend pas comment je me laisse encore grignoter par tout ça. Mon espèce d'auto-apitoiement me donne parfois envie de vomir
Ma culpabilité, ma soif d'ailleurs, mon désir de domination et ma peur maladive de l'échec me mangent lentement mais surement la cervelle. Parfois je me répête que non, je ne suis pas folle, que comme les autres je peux avancer et  me battre. Parfois je sens le sol se dérober, je sens un volcan au creux de mes entrailles qui me brule à petit feu.
J'ai toujours eu peur de louper quelquechose, c'est ma vie que je finirai par louper avec des réflexions pareilles. J'ai l'impression d'être cette bonne vieille Alice et de courir contre le temps. Je me dis qu'il me faudrait plus de vodka, plus de métro, plus de valises, plus de décalages horaires et de train en quai. Et puis je me souviens d'un truc qui remplissait pas mal le vide, qui éclairait les dimanches soirs, les grandes fêtes, les matins et les nuits, les joies et les peines. D'une chose qui faisait que je souhaitais que la nuit arrive, pour me glisser sous les draps. Je me sentais plus forte avec ça avec moi. Les restaurants partagés semblent tous s'être dégradés, je vois tout ceci avec ironie et tristesse.
Moi je voulais vivre dans un livre d'Anna Gavalda, dans un film d'Almadovar, dans une chanson de Rose. Je vois ce soir plus nettement la médiocrité de mon existence, de notre existence à tous d'ailleurs, si vous m'excusez de vous juger de loin. Bullshit comme dirait l'autre !
Le dimanche c'est un vide immense  et résonnant qui répond à mon mal de vivre à deux balles !

Publié dans rêves

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pascal 18/09/2007 20:08

Louloute,si tu as le remefe pour oublier le passé , je suis preneur.tendressebizzPAscal 

Louloute 18/09/2007 23:31

Une bouteille de vodka ? Bon ok ça résoud rien ! Jt'embrasse fort !

sabine 18/09/2007 07:53

Oulala....je suis en retard sur tes articles : j'ai du boulot pour demain !!!!! Je repasserai !Gros bisous

Louloute 18/09/2007 09:29

ben oui Sabinette ! Je t'attend moi :)

Patrick0027 17/09/2007 23:45

Tu es un peu névrossée Louloute bien que ce mot ne veut plus dire grand chose. J'ai vu ce soir "Femmes au bord de la crise de nerf" et certes Almodovar est un génie mais les aventures de ses personnages sont issue d'une imagination extra ordinaire. Essaie de te fatiguer le dimanche dans la journée, et tu t'endormiras comme un bébé sans stress le soir.

Louloute 18/09/2007 09:29

ben oui mais justement mon dimanche c'est jour de glande ! :)

Alex 17/09/2007 19:10

Et bien, dans ces cas là appelle moi le dimanche, on a trois tonnes de trucs à se raconter!!!!!!^  ^bizous poulette

Louloute 18/09/2007 09:28

C'est clair qu'il faut trop que tu me racontes ta nouvelle vie !!!

Laura 17/09/2007 18:31

L'angoisse du dimanche soir, j'ai longtemps connu et je ne pense pas que tu sois anormale de la ressentir. On a tous vécu des choses différentes par le passé, mais rares sont les personnes qui n'ont que des souvenirs roses, il me semble. Ces souvenirs sombres, lorsqu'on va bien on n'y pense pas, mais c'est quand on va mal, qu'on se sent seul que ces souvenirs importuns se glissent dans notre esprit. Quand on se sent ainsi déprimé, le mieux à faire, à mon avis, est encore d'essayer de se changer les idées en regardant une série débile ou un vieux film qu'on aime bien, ou quoi que ce soit d'autre qui nous empêche de réfléchir et de nous projeter dans le passé comme dans un avenir sombre qui semble nous apparaître comme une vision. Et ça finit par passer tout seul, sans même qu'on s'en rende compte. Du moins je l'espère...

Louloute 18/09/2007 09:28

Oui je crois que tu as raison, le tout est de ne pas se laisser submerger par ce type de pensées !Mais c'est vrai que la fatigue ou n'importe quel évènement un peu chamboulant t'attend au coin de la rue pour te faire replonger !